Accessibilité Aller à l'accueil Accès au contenu Accès au menu principal Accès au menu rapide Accès au menu contextuel
Beauvau

Beauvau

Maire délégué : Marc Bérardi

Superficie : 8 km2
Habitants : 297 (2017)
Densité : 33 hab. au km2

Histoire de Beauvau

Le nom de la commune a évolué au fil du temps :
En 1060 : Santus Martinus de Bello Valle, hoc est Aïs
En 1130 : Bella Vallis
En 1793 : Beauveau
En 1801 : Beauvau

Famille de Beauvau

La maison de Beauvau est une très ancienne famille originaire de l’Anjou, titulaire pendant plusieurs siècles de la seigneurie de Beauvau (Maine-et-Loire) ; d’extraction chevaleresque, elle fait remonter ses preuves de noblesse jusqu’en 1265. Elle se scinda en deux branches principales, les Beauvau du Rivau et les Beauvau-Craon, qui firent carrière sous les rois de France mais aussi sous les ducs de Lorraine.

Origines

Apparentés aux Comtes d’Anjou, les Beauvau passèrent au service des rois de France au XIII ͤ siècle, et des ducs de Lorraine à la fin du Moyen âge. En 1454, Isabeau de Beauvau (fille de Louis de Beauvau) épousa Jean VIII de Bourbon, comte de Vendôme ; Isabeau est ainsi la trisaïeules du roi Henri IV, et la famille de Beauvau se vit ainsi reconnaître le titre prestigieux de cousin du Roi, réservé aux rares familles ayant une alliance avec la Maison de France, par Louis XIV, puis officiellement par Louis XV en 1739.

L’église, un monument classé en 1968

À l’origine, modeste chapelle entourée de forêts, l’église s’est construite avec le village. En effet, auparavant, les Matheflon, propriétaires des lieux, interdisaient les habitants. À partir des IX ͤ -X ͤ siècles, cet interdit est levé : on agrandit la chapelle et un « village-rue » se construit : l’église romane, simple « église-grange », située à l’extrémité de la rue en venant de Marcé, est ainsi en place pour toujours

Description

L’église se compose de deux parties : la nef, d’époque romane, et le chœur du XIII ͤ - XIV ͤ siècle.
La nef a conservé son aspect d’origine, plutôt archaïque. Elle est faite de moellons de silex grossiers. Sur la façade nord, l’éclairage se fait par trois fenêtres romanes étroites. Sur la façade sud, deux ouvertures en ogives, plus larges ont été percées ay XIV ͤ siècle.
Le chœur est voûté en ogives sexpartites (Latin sex, six, et partitus de partir, divisé en parties) dont la première travée supporte le clocher.
La façade occidentale a pignon s’ouvre par une porte en plein-cintre (le cintre est une construction provisoire en charpente, destinée à soutenir les voussoirs d’un arc ou d’une voûte pendant la construction), surmontée de deux voussures dont une en dents de scie retombant sur des colonnettes. Au-dessus de la porte se trouve percée une ouverture romane.